Aller au contenu
Accueil » Le Blog d’Alti Patrimoine » 10 décisions pour changer votre avenir financier

10 décisions pour changer votre avenir financier

    10 décisions pour changer votre avenir financier

    La réussite en matière d’investissement n’a rien de mystérieux et elle est en grande partie sous votre contrôle, pour autant que vous preniez de bonnes décisions et que vous les appliquiez.

    Voici une liste de ce que je pense être les 10 décisions d’investissement les plus importantes que vous prendrez au cours de votre vie pour changer votre avenir financier.

    1. Combien d’argent allez-vous économiser sur vos revenus ?

    Toutes choses égales par ailleurs, c’est la décision qui déterminera comment vous vous en sortirez à long terme. Elle comporte deux parties :

    • En supposant que vous êtes dans vos années d’accumulation, quel que soit le montant que vous épargnez maintenant, je vous invite à envisager d’augmenter votre épargne de 1 % de votre revenu. À court terme, vous le remarquerez à peine. À long terme, cela fera une énorme différence.
    • Lorsque vous calculez le montant dont vous aurez besoin pour votre retraite, vous pouvez essayer d’épargner « suffisamment » pour répondre à vos besoins, ou vous pouvez essayer d’épargner nettement « plus que suffisamment ». Ce dernier cours vous donnera ce que je considère comme « le luxe ultime de la retraite ».

    2. Quand commencerez-vous à épargner pour la retraite ?

    Si vous êtes un investisseur à long terme, le temps est votre bien le plus précieux. Une fois qu’il a disparu, vous ne pouvez pas le récupérer.

    Si vous lisez cette chronique, il est probablement trop tard pour que vous commenciez très tôt. Mais avec une somme d’argent modeste, vous pouvez donner une longueur d’avance à un enfant, un petit-enfant ou un autre jeune.

    3. Comment répartirez-vous votre portefeuille entre actions et obligations ?

    Les actions permettent une bonne croissance à long terme, tandis que les obligations offrent de la stabilité lors des périodes difficiles. En d’autres termes : Quel niveau de risque allez-vous prendre ?

    Il n’y a pas de réponse parfaite à cette question. Si vous avez trop d’actions, vous risquez de prendre des coups dans les moments difficiles ; si vous n’avez pas assez d’actions, vous pourriez manquer d’argent avant de finir votre vie.

    4. Dans quelle mesure allez-vous diversifier votre portefeuille ?

    Peu importe que les actions représentent 10 % ou 100 % de vos avoirs, la composition de ces actions aura un impact important sur la croissance que vous obtiendrez.

    Trop d’investisseurs placent leur argent dans l’indice S&P 500 ou dans un indice global de marché. Ces investisseurs passent à côté d’un monde de bonnes opportunités qui sont faciles d’accès, relativement peu coûteuses et relativement peu risquées lorsqu’elles sont correctement utilisées ensemble.

    Votre portefeuille devrait comporter 10 grandes catégories d’actions, dont les actions de croissance, les actions de grande et de petite capitalisation, les actions de valeur, les actions internationales et les actions immobilières commerciales.

    5. Quel type de fonds communs de placement utiliserez-vous ?

    Vous avez le choix entre les fonds avec des frais d’entrée, les fonds gérés activement, les fonds de retraite à date cible, les fonds indiciels, les fonds ciblés et les fonds « équilibrés ». Dans cette courte liste, je pense que le meilleur choix évident est celui des fonds indiciels.

    Les fonds à frais d’entrée sont inutilement coûteux. Les fonds gérés activement et les fonds ciblés ont des dépenses plus élevées que nécessaire et des risques plus élevés. Les fonds équilibrés sont utiles dans certains cas, mais ils leur manquent généralement une bonne diversification en actions.

    Les fonds à date cible prennent automatiquement les décisions relatives au risque et à la diversification à votre place. Même s’ils ne sont pas parfaits, les investisseurs de ces fonds ont obtenu de meilleurs résultats que la moyenne.

    6. Allez-vous accepter les rendements du marché ou essayer de battre le marché ?

    Essayer de battre le marché est une obsession qui égare des millions d’investisseurs (tout en enrichissant Wall Street). Si vous pouvez renoncer à cette obsession et vous contenter d’obtenir les rendements du marché, vous aurez plus de tranquillité d’esprit, moins de frais, moins de drame et moins de risque. Mieux encore, vous obtiendrez des rendements supérieurs à la moyenne.

    7. Planifiez-vous de manière réfléchie vos retraits pour la retraite ?

    Bien sûr, il est facile de retirer de l’argent de votre épargne et de le dépenser. Mais à moins que vous n’ayez une tonne d’argent, planifier les finances de votre retraite n’est pas simple. Vous pourriez retirer trop d’argent et vivre trop longtemps, ce qui vous mettrait à risque de manquer d’argent. Vous pourriez être trop frugal au cours des premières années, lorsque votre santé est susceptible d’être la meilleure, et vous retrouver avec beaucoup d’argent plus tard, lorsque vous ne pourrez pas en profiter pleinement.

    Un travail de réflexion est nécessaire sur ce sujet pour prendre un bon départ.

    8. Allez-vous rester investi ou essayer d’entrer et de sortir du marché aux meilleurs moments ?

    Les experts semblent s’accorder sur le fait que la meilleure solution consiste simplement à rester investi et à garder le cap.

    Pourtant, il est très tentant de penser que vous savez quand entrer et sortir du marché boursier. Mon conseil : Évitez cette tentation autant que possible. Essayer de timer le marché nuit aux investisseurs bien plus qu’il ne les aide. Avant d’essayer de timer vous-même, n’oubliez pas de lire l’étude DALBAR en cours.

    9. A qui allez-vous faire confiance ?

    Comme je l’ai décrit dans le passé, vous avez trois choix. Premièrement, vous pouvez faire confiance à Wall Street, qui veut que vous fassiez ce qui est rentable pour l’industrie de l’investissements Deuxièmement, vous pouvez faire confiance à vos voisins, collègues, parents et amis, qui espèrent vous impressionner par leur réussite (bien qu’ils vous laissent rarement, voire jamais, voir les preuves). Troisièmement, vous pouvez faire confiance à la communauté universitaire, qui se moque de ce que vous faites ou pensez ; les universitaires veulent simplement savoir comment fonctionne un investissement réussi, et être en mesure de le prouver.

    Je recommande vivement le troisième choix.

    10. Envisageriez-vous une décision audacieuse qui pourrait doubler vos rendements à long terme avec un niveau de risque modéré ?

    Si j’étais à nouveau jeune et que je savais ce que je sais maintenant, je serais très tenté d’appliquer le plan suivant pour une partie importante de mon portefeuille à long terme.

    • Premièrement, j’investirais les trois quarts de mon argent dans un fonds à date cible dont la date de départ à la retraite serait prévue dans 20 à 40 ans. Je n’obtiendrais pas la meilleure diversification possible, mais je bénéficierais d’une chance unique de croissance et de la stabilisation intégrée que procure une position progressivement croissante en obligations.
    • Deuxièmement, je placerais les 25 % restants de mon argent dans un fonds de petites capitalisations de valeur. Cela me donnerait la meilleure chance que je connaisse d’obtenir une croissance supérieure à long terme.

    Ces dix questions vous donneront beaucoup de matière à réflexion. Heureusement, vous n’êtes pas obligé de les aborder toutes immédiatement. Mais si vous prenez le temps d’étudier tous ces sujets et de mettre en pratique ce que vous avez appris, ce sera du temps très bien employé. Je prédis que le gain horaire final sera bien supérieur à tout salaire que vous êtes susceptible de gagner.

    Si c’est le résultat que vous voulez, alors retroussez vos manches et foncez !

    Ces informations sont fournies librement par PaulMerriman.com.